getatciv
L’acte de naissance camerounais se refait une jeunesse.

GETATCIV

GETATCIV représente le projet qui a véritablement fait ma fierté. Il est né d’une idée, alimentée par un travail de recherche et la volonté d'élever le projet à un assez haut niveau d’innovation pour mon pays le Cameroun.
De l’idée à la conceptualisation

Le sigle de l’application G.E.T.A.T.C.I.V = Gestion des états-civils assez minimaliste au final vient d’une définition un peu plus longue à laquelle j’avais pensé au début du projet. En effet, il était question, dans ses prémices, de la mise en place d’une gestion automatisée du système d’Établissements des Actes d’États Civils au Cameroun mettant en œuvre un mécanisme de réplication des données. Le système devait aboutir à l’automatisation, dans les mairies du Cameroun, de l’édition des actes d’état-civil. Plus précisément, il était envisager de disposer de bases de données indépendantes dans chaque mairie et à différentes échelles administratives (départementale, régionale, nationale) mais aussi d’une base de données dans laquelle on retrouverait des informations des autres bases de données d’échelles inférieures et de mêmes échelles.

Un concept ça se réalise avec de l’audace

Mon idée était bien claire, le concept était connu et les outils Windev, HFSQL, appropriés à la circonstance. La faisabilité ne dépendait que de ma capacité à être assez audacieux pour proposer un système ou pseudo-prototype qui fonctionne et réponde au moins aux normes et objectifs que je m’étais fixé. Ce projet, réalisé dans le cadre de mon stage de fin de formation pour l’obtention de mon diplôme d’Ingénieur des Travaux Informatiques, était l’opportunité pour moi à la fois de valider ma formation sur une bonne note de fin, mais aussi de valoriser les acquis de mes 3 années de durs labeurs. Entre la récolte d’informations, l’analyse du projet, le développement, les tests et la validation des différents modules, la traduction en langue anglaise de l’application, j’ai su faire preuve de pugnacité pour aboutir à la création d’un logiciel qui pourrait même être exploité par le gouvernement de mon pays.

Au bout de l’effort se trouve le succès

Les 3 mois initialement accordés par mon établissement pour ce stage de fin de formation n’ont pas suffit à finaliser le projet. Il aura fallu au total 6 mois de travail pour que le résultat final soit satisfaisant et suffisamment abouti pour mériter une mention excellente avec les félicitations et encouragements du jury, ainsi qu’une invitation spéciale à la présentation de l’application lors d’un forum de l’innovation technologique organisé quelque temps après par de grandes entreprises du Cameroun ainsi que le Ministère des postes et télécommunication.

Les outils utilisés pour la réalisation de ce projet

Mes réalisations

Send a Message
diam Lorem risus. Praesent libero dolor. id, fringilla odio